AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LIAM ♣ Un sale con avec du blé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Administrateur poète

avatar

Date d'inscription : 10/05/2014
Messages : 55

Âge : 25 ans
Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: LIAM ♣ Un sale con avec du blé   Sam 10 Mai - 13:53


LIAM STEVENSON
"If I have a Heart"

Bonjour ou bonsoir, mes p'tits lapins sucrés. Mon nom à moi, c'est Liam Stevenson ! Je suis né(e) le 28 juillet à Bryan. Je suis un(e) jeune canard(e) de 26 ans, classe non ? Un petit secret pour la route ; je suis hétéro et présentement célib. On me dit souvent que je ressemble à Richard Madden., en plus sexy. Parlant de sexyness, je fais partie du groupe Nirvana, et nous y sommes tous très sexys.


ton histoire avec l'amour
A ne jamais tomber amoureux, on finit par oublier ce que cela a été un jour, on finit par imaginer que les choses sont un peu plus compliqué et on s'y perd. Comment imaginer qu'on pourrait un jour finir par faire craquer le coeur de cet homme qui n'y connait que peu de chose ? Il est perdu, tiraillé par la vie et il cherche à comprendre si un jour, quelqu'un pourra lui faire connaître cette douce flamme qui l'attend quelque part, peut être. Mais il n'y croit guère, il ne s'attarde pas là dessus. Il n'a pas dans l'idée d'attendre trop longtemps de toute façon. Il n'est pas de ceux qui espèrent, il fait au fil des jours, au fil des gens et il ne cherche pas à croire en ce qu'il ne connait pas. Il est quelqu'un de posé après tout, pourquoi s'attarder sur ces bêtises d'amourette. Il a mieux à faire de la vie. Il séduit, et il séduit à tout va. Il se fout de ce que les gens pourraient bien dire, de toute manière. Et il trouve ça bien plus plaisant que d'attendre que son coeur se mettre à battre l'allure de la douce chanson de l'amour.
une histoire de caractère
Liam est ce que l'on qualifié de con, défiant toute possibilité d'amabilité, par instant. Il se moque de tout, de tout le monde et il n'a pas peur de se prendre un poing dans la gueule, ça arrive même assez souvent. Bien plus qu'on ne semble le croire, en fin de compte. Mais bien sûr, il ne faut pas non plus se mettre à croire qu'il est la personne la plus détestable du monde, ce n'est pas si simple que ça et c'est sans doute bien plus simple comme ça. Il a la carapace la plus lourde du monde sur les épaules, il se protège du monde, il n'attend pas des gens qu'ils s'attardent sur son compte, ce n'est pas pour lui, ça n'a jamais été pour lui, de toute manière. Il refuse qu'on lui casse les pieds pour des broutilles de ce genre. A quoi bon, de toute façon. Malgré tout, sous l'adulte dur et chiant, on pourrait se rappeler de l'enfant qu'il a un jour été, de l'enfance qui lui a été volé par des parents inexistants. Disons qu'il fait le beau mais qu'il n'a pas confiance en lui, qu'il fait le malin mais qu'il souffre peut être un peu trop. Il n'est pas toujours très doué avec les gens mais il ne le vit pas si mal que ça.

on ne change pas le passé


Il venait d'avoir un A. Aussi fou que cela puisse semblait être, il s'agissait d'une note qu'il n'obtenait jamais en mathématiques. Ses parents lui avaient déjà fait remarqué que ce n'était pas comme ça qu'il allait hérité de l'entreprise familiale et lui et bien.. Il tenait à réellement les rendre fier. Non que l'entreprise soit le but de sa vie, bien sûr. Pour l'heure, en tout cas, il était évident pour le jeune homme qu'il venait de faire une belle progression et, son examen en main, il courrait dans les couloirs pour s'empresser de montrer sa note à ses parents. Il était persuadé qu'ils seraient fiers de lui. Ce qu'ils n'étaient pas souvent. Il gagnait des championnats de boxe mais pour eux, ce n'était pas assez bien, il avait des notes moyennes et ils passaient leurs temps à le lui reprocher. Pour une fois qu'il se donnait à fond quelque part et que ça finissait par payer, il n'allait pas rater l'occasion de le crier sur tous les toits. Il se moquait de ses camarades de classe, qui tentèrent de le retenir, en criant son nom dans son dos. Il grimpa aussi vite que possible dans sa voiture et il fila comme une fusée. Il venait d'avoir seize ans et dans sa tête, il était encore un peu trop un enfant. Il avait du mal à grandir, puisqu'il ne le voulait pas. Il ne passait pas assez de moment avec ses parents pour réellement devenir un homme. Et ce n'était pas la femme au pair de chez lui, Hilda, qui allait lui permettre d'être un adulte parce qu'il ne le voulait tout simplement pas.

Une fois arrivé devant la grande demeure, il eut une lumière d'espoir quand son regard se posa sur la voiture de son père. Ca voulait dire que ses parents, qui travaillaient tous les deux pour la boîte de la famille qu'ils dirigeaient, étaient là. Un soulagement, puisqu'il ne voulait pas encore se vanter de quelque chose auprès de sa nounou. Il avait passé l'âge d'en avoir une, déjà. Mais elle, c'était différent. Hilda était dans la famille depuis sa naissance, elle vivait là, elle faisait la bouffe, le ménage.. Autant dire qu'elle était davantage une mère pour lui, de par ses actes et sa présence. Mais il ne pouvait pas oublier celle qui l'avait mis au monde, bien que ce ne soit pas facile tous les jours. Il faisait de son mieux pour que ça ne parte pas dans tous les sens, gardant la plupart des choses pour lui, se taisant sur les points qui ne lui convenaient pas, puisque de toute façon, en discuter n'allait pas servir à grand chose. Ca ne faisait que entraîner de grosses disputes, en plus du reste. Alors oui, le mieux était sans doute de ne pas trop y penser.

Lorsqu'il franchit la porte d'entrée, il croisa sa mère, se précipitant vers la voiture.  « J'ai une trop bonne nouvelle ! Tu te souviens du devoir de maths dont je t'avais parlé ?! ». Elle ne l'écoutait pas, trop absorbé par l'oreillette qu'il n'avait pas vu plutôt, elle alla même jusqu'à lui faire signe de se taire. Comble de l'ironie. Un soupir s'échappa de ses lèvres, si ça ne marchait pas avec elle, peut être que son père serait un peu plus conciliant. Il partit donc le trouver dans son bureau. Il semblait absorber par son boulot, lui aussi. Qu'ils soient à la maison ne voulait absolument pas dire qu'ils auraient deux minutes pour lui. Ce n'était.. Jamais le cas.  « Tu sais.. Le devoir de maths que j'ai eu.. »  « Ecoute fiston, je n'ai vraiment pas le temps, on en parlera quand je rentrerais de mon voyage en Italie avec ta mère ». La conversation était close. Liam eut beau essayé une nouvelle fois de lancer le sujet du devoir, il ne prit que vent et mépris en pleine gueule. Il en avait assez.

Ses nerfs lâchaient, il étouffait, dans cette maison, avec tout ce mépris. Ils ne pensaient qu'au boulot, ils n'étaient jamais là, ils n'étaient jamais capable de l'écouter et lui, il se retrouvait toujours comme un con. A quoi bon faire un enfant, si c'était uniquement pour le laisser dans un coin hein ? A bout de nerfs, il froissa le devoir dont il était si fier et qui traînait encore dans ses mains. A quoi bon persister avec les études quand les parents eux-mêmes n'en avaient rien à cirer ?


 « Maintenant que tu as fini le lycée, tu vas pouvoir commencer à apprendre le boulot de l'entreprise de la famille ». Son père était bien droit, un sourire sur les lèvres, il avait hâte de voir son fils le suivre. Sauf que ce n'était pas ce que son dernier voulait, ça changeait considérablement la donne, bien sûr. Il n'avait pas encore de projet d'avenir, ou en tout cas, très peu. Il venait d'obtenir son diplôme et même s'il avait postulé pour plusieurs université, il ne savait pas laquelle fréquenter. Mais il ne voulait absolument pas rentrer dans cette entreprise qui lui avait pourri la vie depuis qu'il était gamin.  « Je ne veux pas reprendre le flambeau de cette entreprise ». Les mots venaient juste de quitter sa bouche et ses parents semblaient totalement sous le choc. Forcément, ils ne connaissaient pas leur enfant et ils étaient encore persuadés qu'il allait vouloir suivre son mouvement, et c'était bien là la toute dernière chose qu'il voulait. Hors de question, même. Il voulait se construire un avenir, il n'avait pas besoin d'avoir autant d'argent que eux, il n'en avait pas la motivation et, de toute façon, ça n'avait pas apporté le bonheur dans cette maison. Ca n'avait donc aucun intérêt. Un soupir s'échappa de ses lèvres, alors qu'il baissait les yeux sous les regards déçus de ses parents. Il se sentait de trop et surtout, il voyait bien qu'il les avait totalement déçus. Mais il n'allait pas faire des projets de carrière sur quelque chose qui ne l'intéressait pas hein.  « Je sais que c'est ce que vous voulez depuis que je suis gosse. Peut être que je changerais d'avis mais vous n'avez jamais été là pour moi. Vous n'avez pensé qu'à votre job de merde. Je déteste Stevenson & co. Je ne vous connais même pas ». Son regard était froid, distant et il ne voulait pas continuer cette conversation ridicule.  « Tu ne sais pas ce que tu dis ». Sauf que justement, il savait très bien ce qu'il disait et il était hors de question pour lui de le nier. Il ne reprendrait pas le flambeau. « Si tu ne reprends pas l'entreprise familiale, tu n'es plus mon fils ». Triste, déçu et incapable d'ajouter le moindre mot, Liam lui tourna le dos et partit dans sa chambre. De toute façon, il n'avait jamais vraiment été son fils.

Liam avait grandi. Lorsque son père lui avait dit qu'il ne serait pas son fils s'il ne reprenait pas le flambeau, il avait décidé que cet homme ne serait plus son père. Du haut de ses dix-huit ans, il refusa de céder à un tel chantage affectif. Il n'était pas un abruti, il était même bien plus intelligent que certains. Pour preuve, il fit en sorte de conserver l'argent qu'il y avait sur son compte en le transférant sur un autre compte. Son père n'en sut jamais rien ou en tout cas, il ne chercha jamais à le lui prendre. C'était sans doute ça qui se trouvait être le plus important, d'une certaine manière. Un soupir s'échappa des lèvres du jeune homme alors qu'il écrasait sa cigarette. Il n'avait pas parlé à son père depuis deux ans, il ne voyait sa mère que peu souvent. Il avait vingt-six ans maintenant et il ne supportait pas qu'on lui fasse la leçon d'une quelconque façon que ce soit. Il avait changé, et il s'en était rendu compte bien vite. Après la réflexion de son père, il était devenu quelqu'un d'autre, une personne bien étrange aussi, d'ailleurs. Froid, distant et chiant, il se battait pour un rien, il énervait les gens et il avait perdu un bon paquet de ses amis du lycée. Lorsqu'il avait eu son diplôme, il n'avait pas été à la fac, il n'avait rien fait. Il s'était mis à écrire des bouquins, et pour une raison qui lui échappait, ses livres plaisaient aux gens. Il était devenu un salaud, un abruti et un connard. Il avait grandi, sans parent.



derrière l'écran
Et ici tu demandes au membre son pseudo, son âge, la couleur de ses sous-vêtements, s'il aime Astérix, s'il déteste les brocolis. (a) Et ici tu demandes au membre son pseudo, son âge, la couleur de ses sous-vêtements, s'il aime Astérix, s'il déteste les brocolis. (a) Et ici tu demandes au membre son pseudo, son âge, la couleur de ses sous-vêtements, s'il aime Astérix, s'il déteste les brocolis. (a) Et ici tu demandes au membre son pseudo, son âge, la couleur de ses sous-vêtements, s'il aime Astérix, s'il déteste les brocolis. (a)


fiche by snow sparrow.
crédits gifs & icon ;; tumblr & chester.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avengedinchains.tumblr.com
 

LIAM ♣ Un sale con avec du blé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Drive (avec Ryan Gosling et Carey Mulligan)
» Amulette blasphèmatoire et pendentif de sang avec palaquin.
» comment faire du glacage avec du sirop
» Faire du vintage avec Photoshop
» [AIDE] Pas de connexion internet avec le WIFI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wasting My Young Years :: 
ADDICTED TO YOU
 :: LITTLE TALKS :: WELCOME TO PARADISE
-